Archives

Lexique Marseillo-Français

Vous allez découvrir mes lignes mais au milieu de tout ça, il y a surement des mots très nébuleux pour vous, découvrez la signification.
« ma campagne » : Tout marseillais qui se respecte possède une campagne, une campagne est un cabanon pas plus grand qu’un mouchoir de poche qui se situe à la campagne, bien entendu.
À dache : Dache est une notion de distance marseillaise qui signifie loin et perdu
Adéu : Au revoir, en provençal
Bacèu : Une Bacèu est un geste amical que l’on donne très amicalement avec un peu de force à un ami pour lui faire rentrer une idée (nan, en fait c’est une gifle mis avec la main bien à plat, vient en fait du mot battoir)
Bader : En français, on pourrait traduire ça avec : regarder avec des yeux de merlans frits, admirer quoi !
Baltringue : Spontanément, je dirais qu’un baltringue c’est un fifre, et là vous allez me dire, oui, mais c’est quoi un fifre ? C’est une personne en qui on ne peut pas avoir confiance.
Bon Déu : Mon Dieu
Bordille : Dans le sens littéral, la bordille est un détritus, dans le langage parlé, il signifie quelqu’un de peu fiable, c’est une injure assez importante.
Boulevard des allongés à Saint-Pierre : St Pierre est le plus grand cimetière de Marseille, se retrouver au boulevard des allongés signifie être mort et enterré.
Cafoutche : C’est un débarras, là où l’on trouve tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi.
Cagole : La cagole est une fille assez vulgaire qui aime trémousser son tafanari. Elle est en général de petite vertu, elle aime parler fort et se faire remarquer.
Cague : le verbe Caguer au sens littéral veut dire déféquer. Dans le langage parlé, se caguer, veut dire avoir peur.
Calamantran : le Calamantran est un fléau, une personne à qui il arrive toujours quelque chose.
Castagner : castagner, comme se faire castagner équivaut à prendre des coups, c’est frapper ou se faire frapper
Chaler : se faire chaler c’est se faire transporter au dos d’un véhicule à deux roues, je n’ai jamais retrouvé l’équivalent en français
Chibre : Très délicatement, il correspond au sexe masculin.
Con à voile : Le con à voile est un crétin fini
Coquin de Sort : C’est une exclamation marseillaise qui exprime une colère ou un désarroi, elle n’est plus tellement utilisée
Couler l’eau : transpirer à grosse goutte
Dégun : Dégun pour un marseillais est presque un être à part entière, il correspond en fait à personne. Je crains dégun = personne ne me fait peur.
Doumé : le raccourci du prénom masculin Dominique.
Empéguer : être soul
Escagasser : Abimer, mais pour une personne, pas pour un objet
Éstrasse : cela designe les vetements sales ou mal en point d’une personne peu soigneuse.
Fachou macou : le fachou macou est un frimeur, un kéké, un mac quoi, souvent ridicule car trop exubérant.
Fada : Le fada est un fou. Il existe plusieurs grades de folie, il suffit d’écouter le sens et le rythme donnés à la phrase pour la définir.
Faire les allées : Faire le trottoir, se prostituer.
Flaïe : autrement appelé jaune, pastisson, pastaga ou plus simplement 51, c’est la tradition marseillaise du pastis.
Furer : on pourrait définir ça facilement par French Kiss, mais furer, c’est plus…
Gaumé : un gaumé est un panaché avec du citron
Gros tapin : Insulte, un tapin est une prostituée, un gros tapin est l’insulte suprême
Jambon (se faire prendre pour un) : se faire prendre pour un idiot
Je m’en bas les flancs : je m’en fous, cela m’indiffère. J’avoue que je le préfère en marseillais.
Je suis cané : Je suis fatigué, mort, crevé.
Jobastre : Un jobastre est une personne au capacité intellectuelle limitée, mais il correspond aussi à une personne qui prend des risques inconsidérées
la connaitre de pitchoune : pitchoune correspond à l’enfance (on est toute notre vie le pitchoune de notre famille). La connaitre de pitchoune équivaut à : la connaitre depuis sa plus tendre enfance.
Les Prophètes : c’est une des plages située dans le cœur de Marseille, elle a longtemps été connue pour se situer à l’embouchure de la sortie des égouts.
Loule : c’est le diminutif du prénom Louis
M’escape : partir.
Malpassé : Situé dans les quartiers nord de Marseille.
Manger bon aussi : ça veut tout simplement dire qu’il va en rester et que tu vas en avoir aussi, en principe ce n’est pas amical, c’est souvent des coups que l’on mange.
Mastéguer : pourrait se définir par macher, abimer, donc lorsque tu te fais mastéguer, en fait tu te fais massacrer
Mauresque : la mauresque est une spécialité mélangé une dose de pastis avec du sirop d’orgeat.
Me parler meilleure : vouloir que l’on nous parle meilleur signifie simplement qu’il est indispensable d’utiliser un vocabulaire plus adapté avant de se prendre une rouste
Mettre un coup de pied dans l’armoire à glace : se faire beau, se vétir de ses plus beaux atours.
Mèu : diminutif du prénom Marius
Minot : Théoriquement c’est un enfant, plus généralement c’est une interjection pour appeler quelqu’un.
Nifler : importuner fortement, agacer.
Nine : « La Nine » est une fille, souvent jeune, enfant, adolescente ou jeune adulte, c’est une allocution familière mais amicale. l’origine vient du mot espagnol « Niña » et de l’italien Nina
Novi : Jeunes mariés
Pacoulin : Un pacoulin est toute personne qui n’habite pas Marseille, c’est assez péjoratif et peu glorifiant. L’expression : sortir de sa pacoule signifie sortir de temps en temps, voir autre chose.
Pébron : un pébron est un piment, l’expression vient plus de la couleur que l’on prend que du légume lui-même. Dans le langage parlé, on est plus dans l’idiot que dans le légume
Pègue : quelqu’un de pègue est une personne collante, cela peut aussi se dire d’un aliment : la confiture, ça pègue.
Peuchère : traduction facile : le/la pauvre
Plein cagnard : en plein soleil.
Pointer : Rien à voir avec la pétanque, se faire pointer c’est la séparation avec son/sa partenaire
Rompe figue : un rompe figue est un casse pied.
Roustasse : c’est le degré au dessus de la rouste, la rouste étant une branlée, une branlée étant une correction, vous imaginez donc la force de l’acte.
Santibelli : le santibelli est un santon, donc rester comme un santibelli, c’est rester sans rien faire, les bras ballants.
se faire fumer : très simplement se prendre une rouste, dehors. comment ça vous ne vous souvenez plus ce que veux dire rouste !!!!
Se prendre la tete, se faire manger la tete : totalement synonyme veut dire qu’on nous rabache une information sans interet qui pourrait nous donner la migraine.
Suicidé avec une balle dans la tête et les deux pieds dans le béton : c’est le suicide à la marseillaise typique, deux balles dans la tete à un mètre, les deux pieds dans le béton, le choc vous a fait tomber et rouler jusqu’au fond du vieux port. Typique.
Tafanari : c’est le fessier, souvent assez volumineux des femmes.

Tanquée : être tanquée, signifie être bien roulée, être bien faite.
Taquet : le taquet se donne lors d’une rouste, c’est un coup de poing
Tchatche : parler parler parler parler (oui autant, quand on tchatche on parle beaucoup)
Tchoa : diminutif du prénom François
Toti : le toti est un imbécile, pas forcément heureux, un bon à rien
tribune Jean Bouin : Le stade Vélodrome possède différentes tribunes et loges, les tribunes Jean Bouin correspondent aux emplacements « plus calme »
Vier : Sexe masculin
Vire-vire : c’est avoir la tête qui tourne.

Bon, vous ne me voyez pas, mais je tente en plus de vous expliquer tout ça, avec les gestes. On est marseillais, ou on l’est pas.

accent_Sud_127-203

L’accent du Sud – Extrait

Je souris à cette fille qui tente de l’aider. C’est rare les amies intègres. Celle là l’est sans aucun doute, et depuis longtemps.

Le solo de saxo qui entame un slow interprété par Eros Ramazotti me sort de ma torpeur et je me dirige droit sur elle. Eros Ramazotti, c’est vieux, c’est ringard, mais ça marche à tous les coups.

Mon nouveau roman : L’accent du Sud – Romance et Pastis

Le résumé (non définitif)

Elle l’a aimé secrètement, il y a quinze ans. Elle le rencontre par hasard et ils pourraient enfin vivre leurs idylles adolescentes avec un peu de retard.

Mais lorsque la « famille », les amis, les affaires, les ex tarés, la vie et le destin s’en mêlent, tout se complique.

Entre Cigales et calanques, entre romance et pastis, pourront ils trouver le temps d’être deux.

accent_Sud_127-203